Journée des personnes disparues 2014

Dans plus de 70 pays et territoires, le CICR a lancé des procédures de recherches de personnes disparues. Derrière chaque "demande de recherches" reçue se trouve une famille qui a besoin de savoir ce qui est arrivé à leur proche disparu. C'est un besoin mais surtout un droit en vertu du droit international humanitaire !

Les frontières et noms indiqués et les appellations employées sur la présente carte n’impliquent ni reconnaissance ni acceptation officielles de la part du Comité international de la Croix-Rouge.

Contenu

  • Amérique centrale et Mexique

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les personnes disparues en Amérique centrale et au Mexique

     

    Image de la campagne lancée à l’occasion de la Journée internationale des personnes disparues 2014 au Guatemala

    © CICR / Croix-Rouge du Guatemala

    • Les migrants d’Amérique centrale et du Mexique qui tentent de passer aux États-Unis perdent souvent le contact avec leur famille.
    • En 2013, plus de 3 300 migrants au Guatemala, quelque 7 800 migrants au Honduras et 895 migrants au Mexique ont appelé leur famille depuis des postes téléphoniques financés par le CICR et gérés par la Société nationale de chaque pays.
    • Les familles continuent de rechercher des informations sur leurs proches disparus suite à une migration ou pour des raisons liées aux conflits passés ou aux violences actuelles.
    • Des centaines de corps non identifiés sont inhumés chaque année et le CICR s’efforce, avec les autorités, d’en réduire le nombre.
    • Au Guatemala, les familles des personnes disparues bénéficient d’un soutien financier ou logistique du CICR pour les exhumations et les inhumations. Avec l’aide du CICR, 14 organisations de la société civile ont rassemblé des données sur quelque 11 000 personnes disparues depuis le conflit armé.

     Le CICR en Amérique centrale et au Mexique
     Le rétablissement des liens familiaux au Mexique

     

  • Côte d'Ivoire

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les personnes disparues en Côte d'Ivoire

    Côte d'Ivoire. Une femme montre la carte d’identité de son père disparu.
    © CICR / J. Fatton

     

    En Côte d’Ivoire, les dizaines d’années de conflit et de crise ont fait de nombreuses disparitions. Selon les autorités ivoiriennes, les organismes des Nations Unies et les ONG, les violences post-électorales de 2011 ont provoqué la disparition forcée de quelque 300 personnes. Beaucoup d’autres pourraient avoir disparu en raison de l’agitation et des déplacements liés au conflit.

     

    Le CICR :

    • recherche les personnes qui ont disparu et s’entretient avec les autorités à ce sujet ;
    • soumet des recommandations aux autorités au sujet de la compatibilité entre la législation ivoirienne et le droit international ;
    • met son savoir-faire à disposition et fournit une assistance pour l’exhumation et l’identification des restes humains inhumés dans des fosses communes.

     Le CICR en Côte d'Ivoire

     Le rétablissement des liens familiaux en Côte d'Ivoire

     

     

  • Colombie

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les personnes disparues en Colombie

    San José del Guaviare, Colombie. Plus de 200 proches de personnes disparues ont participé à
    des ateliers et à des entretiens lors desquels ils ont pu décrire leurs besoins.

    © CICR / E. Alfonso

     

    Plus de 92 000 personnes ont été portées disparues en Colombie au fil des ans. À la mi-2014, on était toujours sans nouvelles d’environ 68 000 d’entre elles.

     

    Le CICR :

    • organise des réunions où les familles des personnes disparues peuvent se rencontrer et bénéficier de conseils ;
    • prend en charge les frais de déplacement des familles pour qu’elles puissent assister aux procédures d’identification et récupérer la dépouille de leurs proches ;
    • conseille les autorités sur l’enregistrement et la recherche des personnes disparues ;
    • favorise la coordination entre les organisations ;
    • rappelle aux parties au conflit et à d’autres groupes armés les règles interdisant la dissimulation d’informations sur les personnes disparues ;
    • dispense des formations sur la gestion des dépouilles mortelles ;
    • facilite la gestion adéquate des corps non identifiés dans les cimetières.

     

     Disappearances in Colombia – Living in the grip of uncertainty (en anglais)

     Le CICR en Colombie

     Le rétablissement des liens familiaux en Colombie

  • Géorgie / Abkhazie / Ossétie du Sud

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les personnes disparues en Géorgie / Abkhazie / Ossétie du Sud

    Tserovani, Géorgie. Un frère et une sœur montrent à une psychologue du CICR des photos de
    leur mère disparue en 2008 et dont le corps a été identifié et restitué à sa famille en 2011.

     

    Suite au conflit de 1992-1993 en Abkhazie et aux conflits de 1989-1992 et 2008 en Ossétie du Sud, plus de 2 000 familles sont sans nouvelles d’un de leurs proches.

     

    • Le CICR a aidé à mettre en place deux mécanismes de coordination pour leur apporter des réponses.
    • Dans le cadre du mécanisme géorgien / abkhaze, les restes de plus de 120 personnes ayant disparu durant le conflit en Abkhazie ont été exhumés afin d’être identifiés. À ce jour, les dépouilles de 19 personnes ont été remises à leur famille.
    • Le mécanisme géorgien / sud-ossète / russe a permis jusqu’ici d’exhumer les dépouilles de 14 personnes disparues, et six restes humains ont été remis à leur famille.
    • Le CICR a fourni un soutien psychosocial et juridique à plus de 1 000 familles, ainsi qu’une aide en espèces et des formations commerciales.

     

     Le CICR en Géorgie
     Le rétablissement des liens familiaux en Géorgie

     

  • Irak

    Cliquez+ ici pour en savoir plus sur les personnes disparues en Irak

    Basra, Irak. Jabar Mehdi tient une photo de son frère, alors encore « disparu ». On sait aujourd’hui qu’il a été tué.

     

    • Plus de 58 000 soldats irakiens ont été portés disparus après la guerre Iran-Irak de 1980-1988 et la guerre du Golfe de 1990-1991. Le CICR préside deux mécanismes internationaux mis en place pour faire la lumière sur leur sort et, en 2014, ces efforts ont permis d’exhumer les restes de 194 Iraniens et 144 Irakiens.
    • Des centaines de milliers d’Irakiens ont disparu sous le régime de Saddam Hussein. Plus de 25 000 personnes supplémentaires ont disparu après la chute du régime, en 2003, et les violences politiques qui ont suivi.
    • Une enquête réalisée en 2013 par le CICR auprès de 169 familles de personnes disparues a mis en lumière leurs besoins sur les plans économique, psychosocial, juridique et administratif. Elle a aussi révélé qu’elles ont besoin que leurs souffrances soient reconnues et que leur histoire ne soit pas oubliée.
    • La crise actuelle provoque encore des disparitions. Les équipes du CICR chargées des recherches et de la détention sur le terrain documentent les disparitions et apportent un soutien aux familles.

     

     Irak : soutien aux familles de personnes disparues

     Le CICR en Irak

     Le rétablissement des liens familiaux en Irak

  • Liban

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les personnes disparues au Liban

    Liban : des collaboratrices du CICR s’entretiennent avec des proches de personnes disparues.
    © CICR

     

    Des milliers de personnes ont disparu au Liban depuis le début des conflits en 1975.

    • En 2013, le CICR a réalisé une étude portant sur 324 familles de personnes disparues pour déterminer quels sont leurs besoins réels. Nous avons soumis cette étude aux autorités avec des recommandations et publié une version publique (en anglais uniquement).
    • Cette étude a révélé que la plupart des personnes disparues (82 %) étaient des civils et que seules 16 % d’entre elles étaient des combattants. La plupart des disparitions se sont produites entre 1975 et 1976 ou entre 1981 et 1986. Pour 37 % des familles, le plus important était de connaître le sort de leurs proches.
    • En 2012, le CICR a commencé à recueillir des données ante mortem auprès des familles de personnes disparues. À ce jour, nous avons interrogé 1 500 familles.

     

     Lebanon: ICRC calls for data on missing persons (en anglais)

     Le CICR au Liban

     Restoring family links in Lebanon

  • Népal

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les personnes disparues au Népal

    District de Bardiya, Népal. Sobha Rani Tharu, dont le mari a disparu en 2002.

    © Geoff Oliver Bugbee

     

    • Le CICR recense toujours plus de 1 300 personnes disparues suite au conflit de 1996-2006 au Népal, entre le gouvernement et les combattants maoïstes.
    • La liste des personnes disparues figure sur la page du site Family Links consacrée au Népal (en anglais).
    • En 2010, la Croix-Rouge du Népal, le CICR et des ONG locales ont lancé un projet visant à soutenir les familles de personnes disparues. À ce jour, près de 1 000 familles en ont bénéficié.

     

     Nepal: Don't go so far (en anglais)

     Le CICR au Népal

     Le rétablissement des liens familiaux au Népal

  • Papouasie-Nouvelle-Guinée

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les personnes disparues en Papouasie-Nouvelle-Guinée
    En 1989, un conflit a éclaté sur l’île de Bougainville ; il a duré près de dix ans. Il a commencé en opposition à la mine de cuivre de Panguna et a dégénéré en une violente campagne pour l’indépendance.
    • Durant la « crise de Bougainville », des groupes armés se sont opposés aux forces de défense de Papouasie-Nouvelle-Guinée dans le pire conflit qu’ait connu la région du Pacifique depuis la Seconde Guerre mondiale. Ce conflit a fait entre 15 000 et 20 000 morts et un nombre inconnu de disparus.
    • Depuis 2012, le CICR collabore avec les gouvernements de la région autonome de Bougainville et de Papouasie-Nouvelle-Guinée au sujet des personnes qui ont disparu durant le conflit. En 2014, nous avons organisé une cérémonie de commémoration pour les familles à Sirovai, dans le centre de Bougainville, pour honorer leurs proches décédés en mer lors d’un incident ayant impliqué les forces maritimes de Papouasie-Nouvelle-Guinée en 1993.

             Papua New Guinea: Families of missing persons must have answers (en anglais)

             Workshop on people missing since 1989 Bougainville crisis (en anglais)

             Le CICR en Papouasie-Nouvelle-Guinée (en anglais)

             Le rétablissement des liens familiaux en Papouasie-Nouvelle-Guinée

    Sirovai, dans le centre de Bougainville, Papouasie-Nouvelle-Guinée. Des familles se rassemblent pour une inhumation en mer.

    © CICR

     
  • Pérou

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les personnes disparues au Pérou

    Pérou. Des personnes portent des sections de l’écharpe qu’elles ont tricotée pour commémorer leurs proches disparus.

    © Marina García Burgos

    • Dans les années 80 et 90, le Pérou a connu un violent conflit armé entre le Sentier lumineux, le Mouvement révolutionnaire Tupac Amaru et le gouvernement.
    • Plus de 15 000 personnes ont disparu, mais seules 11 % d’entre elles ont été identifiées.
    • Depuis près de 10 ans, le CICR soutient la formation en médecine légale, évalue les capacités médicolégales, fournit des conseils techniques et aide les familles des personnes disparues.
    • Le CICR veille aussi à ce que les familles reçoivent un soutien psychosocial et contribue à renforcer la capacité des organes du gouvernement à le fournir.
    • Le collectif Desvela a réuni des familles de personnes disparues pour tricoter une « chalina » (écharpe) de plus d’un kilomètre, pour commémorer et honorer leurs proches disparus.

     Pérou : à la recherche des disparus

     Pérou : l’inlassable recherche d’un proche disparu

     Pérou : les familles des disparus à la recherche d’indices concernant leurs proches

     Le CICR au Pérou

     Le rétablissement des liens familiaux au Pérou

  • Sri Lanka

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les personnes disparues à Sri Lanka

    Une famille vient dans un bureau du CICR pour recevoir une assistance financière qui lui permettra de rendre visite à un proche détenu.

    © CICR / G. Bruyninx

     

    • Les hostilités entre le gouvernement sri-lankais et les Tigres de libération de l’Eelam Tamoul, qui ont combattu pendant près de 30 ans pour obtenir un État tamoul indépendant, ont pris fin en mai 2009.
    • Les dossiers du CICR comptent plus de 16 000 personnes disparues, dont plus de 5 000 membres de l’armée et des forces de police.
    • En 2014, le gouvernement a accepté que le CICR réalise une évaluation auprès des familles des personnes disparues. Cette évaluation formera la base d’une proposition sur les moyens de fournir un soutien économique, juridique, administratif et psychosocial.
    • Le gouvernement sri-lankais a établi une commission chargée d’enquêter sur les affaires de personnes disparues. Il mène aussi une enquête, dans le but de dresser une liste des personnes disparues et éventuellement de mettre en place un programme d’indemnisations.

     Sri Lanka : porter assistance aux plus démunis

     Le CICR à Sri Lanka

     Le rétablissement des liens familiaux à Sri Lanka

  • Tadjikistan

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les personnes disparues au Tadjikistan

    Rushon, Tadjikistan. Le CICR et la Société du Croissant-Rouge du Tadjikistan interrogent la famille d’une personne disparue.

     

    Des milliers de familles au Tadjikistan ignorent toujours ce qui est arrivé à leurs proches disparus suite à la Seconde Guerre mondiale, au conflit armé non international ou à une migration.

     

    Le CICR :

    • compare la législation tadjike avec les règles internationales relatives aux personnes disparues, émettant des recommandations qui pourraient servir de base à une modification de la loi tadjike ;
    • collabore avec la Société du Croissant-Rouge du Tadjikistan pour définir les besoins des familles de personnes disparues.

     

     Le CICR en Asie centrale (en anglais)

     Restoring Family Links in Tajikistan

  • Ouganda

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les personnes disparues en Ouganda

    Ouganda. Les familles réagissent en entendant le nom de leurs proches disparus durant une cérémonie commémorative pour les personnes enlevées.

    © CICR

     

    • Quelque 75 000 personnes ont été enlevées dans le nord de l’Ouganda entre 1986 et 2006 en résultat du conflit entre l’Armée de résistance du Seigneur et l’armée ougandaise.
    • Le sort de plusieurs milliers de personnes est toujours inconnu ; le CICR estime que le nombre de personnes disparues pourrait être supérieur à 12 000.
    • Les familles de ces personnes disparues continuent de vivre dans l’incertitude, incapables de vraiment les pleurer, espérant qu’elles reviennent. Un programme du CICR les aide à surmonter leur douleur et à se réconforter mutuellement.

     

     Uganda: The ambiguity of disappearance (en anglais)

     Le CICR en Ouganda

     Le rétablissement des liens familiaux en Ouganda

     

  • Balkans occidentaux

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les personnes disparues dans les Balkans occidentaux

    Belgrade, Serbie. Des familles de personnes disparues assistent à une cérémonie, le 30 août, pour la Journée internationale des personnes disparues.

    © CICR

    • Le CICR a recensé plus de 34 000 personnes disparues en relation avec les conflits en Croatie, en Serbie, en Bosnie-Herzégovine et au Kosovo. Plus de 23 000 cas ont été résolus, mais plus de 11 000 familles ne savent toujours pas ce qu’il est advenu de leurs proches.
    • La plupart des cas sont liés au conflit en Bosnie-Herzégovine, avec plus de 7 200 personnes toujours portées disparues. Pour la Croatie et le Kosovo, les chiffres sont respectivement de 2 180 et 1 710 personnes.
    • Le CICR a créé des mécanismes pour permettre aux autorités de respecter le droit des familles de savoir ce qui est arrivé à leurs proches.
    • Nous avons aussi dressé des listes de personnes disparues dans l’espoir de recueillir plus d’informations auprès du public.

     

     Balkans occidentaux : les autorités doivent apporter leur soutien aux familles des personnes disparues

     Missing Lives/Chroniques de vies disparues – livre et exposition de photos

     Le CICR dans les Balkans occidentaux

     Rétablissement des liens familiaux – conflit en Bosnie (en anglais)

     Rétablissement des liens familiaux – conflit en Croatie (en anglais)

     Rétablissement des liens familiaux – crise au Kosovo (en anglais)