Rétablissement des liens familiaux au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

Quand des personnes ont perdu la trace de leurs proches lors d'un conflit, d'une catastrophe ou de migration, la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge sont là pour les aider. À l'occasion du lancement de la version arabe de notre site familylinks.icrc.org, voici une carte qui montre les efforts déployés au Moyen Orient et en Afrique du Nord par le CICR et les Sociétés nationales pour rétablir les liens entre les membres de familles séparées

Les frontières et noms indiqués et les appellations employées sur la présente carte n’impliquent ni reconnaissance ni acceptation officielles de la part du Comité international de la Croix-Rouge.

Contenu

  • Algérie

    Le rétablissement des liens familiaux en Algérie

    A Congolese family reunited in Paris thanks to the joint efforts of the French Red Cross and the ICRC in Algeria.

    Voir aussi

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une famille congolaise a pu être réunie à Paris grâce aux efforts conjoints de la Croix-Rouge française et du CICR en Algérie.

    © Croix-Rouge française

    • Les personnes ayant recours aux services de rétablissement des liens familiaux en Algérie sont, pour la plupart, des étrangers qui ont été détenus ou des personnes séparées de leur famille par le conflit, parmi lesquelles un certain nombre de mineurs non accompagnés.
    • En 2014, le CICR a recueilli 78 messages Croix-Rouge et en a distribué 109, et il a également transmis 299 salamats (brefs messages oraux) entre des étrangers détenus dans des prisons algériennes et leurs proches.
    • En collaboration avec le Croissant-Rouge algérien, le CICR gère actuellement 34 demandes de recherches en provenance de pays voisins ou d'autres pays d'Afrique. Le CICR recherche également en Côte d’Ivoire, en République centrafricaine, en République démocratique du Congo et en Guinée des parents de migrants se trouvant en Algérie. En 2014, il a réussi à retrouver la trace de 15 personnes, parmi lesquelles un enfant non accompagné.
    • Les familles de deux Algériens détenus à Guantanamo ont pu leur parler par visioconférence avec l'aide du Croissant-Rouge algérien ; 16 contacts ont ainsi été établis. Des messages Croix-Rouge sont transmis par le CICR, qui distribue aussi aux détenus des colis alimentaires envoyés par les familles. En collaboration avec le CICR, le Croissant-Rouge algérien a permis à des Algériens détenus dans un pays étranger d'échanger avec leurs proches 61 messages Croix-Rouge, 68 cartes de vœux pour le Ramadan et 27 salamats.
  • Egypt

    Le rétablissement des liens familiaux en Égypte

    An Egyptian Red Crescent volunteer helps a man who has just returned from Libya to call his family in 2015.

    Voir aussi

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un volontaire du Croissant-Rouge égyptien aide un homme récemment arrivé de Libye à joindre sa famille par téléphone en 2015.

    © Société du Croissant-Rouge égyptien

    • La Société du Croissant-Rouge égyptien aide les ressortissants égyptiens à rétablir le contact avec des proches dont ils n'ont plus de nouvelles pour des raisons qui ne sont pas liées à un conflit. Le CICR propose ces services aux réfugiés et aux migrants, ainsi qu'aux familles de ressortissants égyptiens détenus dans un pays étranger ou vivant dans des zones de conflit.
    • Le Croissant-Rouge égyptien travaille actuellement sur 50 demandes de recherches ou de rapports sur l'état de santé ; le CICR gère quant à lui 435 demandes de recherches. En 2014, le CICR a pu, en collaboration avec des Sociétés nationales, retrouver 78 personnes, et 7 familles ont été réunies.
    • En 2013 et 2014, la Société du Croissant-Rouge égyptien a permis à des ressortissants étrangers bloqués au poste frontière de Salloum, entre la Libye et l'Égypte, de passer 6 540 appels téléphoniques. Plus récemment, la Société nationale a aidé des ressortissants égyptiens à rentrer de Libye. En février et mars 2015, la Société du Croissant-Rouge égyptien a permis aux personnes arrivant à l'aéroport du Caire de téléphoner à leurs proches. Au total, 4 654 appels ont ainsi été passés.
    • En 2014, le CICR a permis de passer 395 appels téléphoniques, de réaliser 21 visioconférences et d'échanger 19 salamats (brefs messages oraux). Il a recueilli 17 messages Croix-Rouge et en a distribué 18.
    • Il établit en moyenne 100 documents de voyage CICR par mois à la demande de personnes qui veulent quitter l'Égype pour s'installer dans d'autres pays (aux États-Unis, au Canada et en Australie, principalement).
  • Irak

    Le rétablissement des liens familiaux en Irak

    Sakna Mohammad went with her two grandchildren and their mother to Nassiriya prison to visit her son, Abdul Sattar.Voir aussi

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Accompagnée de ses deux petits-enfants et de leur mère, Sakna Mohammad est venue voir son fils, Abdul Sattar, détenu dans la prison de Nassiriya.

    CC BY-NC-ND / CICR / S. Baqer

     

    En collaboration avec le Croissant-Rouge de l'Irak, le CICR aide les familles dispersées par le conflit et la violence à rétablir et à maintenir le contact par des messages Croix-Rouge, des appels téléphoniques ou d'autres moyens.

    Nous aidons les réfugiés et personnes déplacées par suite des violences récentes à retrouver la trace de proches dont ils sont sans nouvelles et de ceux qui auraient été arrêtés ou qui seraient morts.

     

    En 2014, le CICR a :

    • échangé plus de 6 400 messages Croix-Rouge entre des détenus et leurs proches, et passé plus de 10 000 appels téléphoniques pour informer les proches que des personnes détenues étaient en vie et en bonne santé ;
    • ouvert 540 dossiers de recherches concernant des personnes portées disparues ou des personnes qui auraient été arrêtées ou tuées ;
    • établi 317 documents de voyage pour des personnes réfugiées en Irak et ayant obtenu l'autorisation de se réinstaller dans un autre pays.

    Le CICR aide les autorités irakiennes à élucider le sort des personnes disparues depuis la guerre Iran-Irak de 1980-1988 et la guerre du Golfe de 1990-1991. Dans ce cadre, nous présidons trois mécanismes tripartites, l'un concernant l'Irak et l'Iran et les autres l'Irak et le Koweït. Nous facilitons la mise en place de missions d'excavation conjointes, contribuons à la formation et apportons des conseils techniques et du matériel.

    Les corps de 388 personnes (369 Iraniens et 19 Irakiens) ont été rapatriés entre janvier et juin 2014.

    Le CICR s'est entretenu avec plus de 170 familles de personnes disparues dans tous les gouvernorats d'Irak, pour évaluer leurs besoins.

  • Israël et les territoires occupés

    Le rétablissement des liens familiaux en Israël et dans les territoires palestiniens occupés

    A member of ICRC staff checks a woman's travel documents before she leaves Gaza to be reunited with her daughter in Amman, Jordan.

    Voir aussi

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un employé du CICR vérifie les documents de voyage d'une femme qui va pouvoir quitter Gaza pour rejoindre sa fille à Amman, en Jordanie.

    CC BY-NC-ND / ICRC / A. Muhanna

     

    En 2013 et 2014, le programme de visites familiales du CICR a permis à 6 826 détenus de recevoir des visites.

     

    Pendant cette période, le CICR a :

    • organisé 106 306 visites familiales ;
    • aidé 220 202 personnes à faire le déplacement dans le cadre de ces visites familiales ;
    • permis à des détenus et leurs proches d'échanger 10 616 salamats (brefs messages oraux) ;
    • recueilli et distribué près de 5 000 messages Croix-Rouge entre des personnes détenues dans des prisons israéliennes et leurs proches se trouvant dans les territoires occupés.

    Du fait des restrictions de mouvement imposées entre Gaza et la Cisjordanie, le CICR a organisé des visites familiales pour des personnes malvoyantes vivant ou étudiant en Cisjordanie dont les proches sont dans la bande de Gaza. En 2014, sept de ces visites ont ainsi pu avoir lieu.

     

     

  • Jordanie

    Le rétablissement des liens familiaux en Jordanie

    A Syrian family in Zaatari Camp prepares to contact their relatives by phone through a service offered jointly by the ICRC and the Jordanian Red Crescent.

    Voir aussi

     

     

     

     

      

     

     

     

     

     

    Dans le camp de Zaatari, une famille syrienne essaye de contacter des proches par téléphone, grâce à un service mis en place par le CICR et le Croissant-Rouge jordanien.

    CC BY-NC-ND / CICR / A. Fattah

     

    • En collaboration avec le Croissant-Rouge jordanien, le CICR a aidé quelque 37 000 réfugiés syriens des camps de Zaatari et Azraq à rétablir le contact avec des membres de leur famille se trouvant en Syrie ou dans d'autres pays, en leur permettant de passer des appels internationaux.
    • Des retrouvailles ont été organisées, entre une jeune Syrienne de 14 ans et sa famille en Égypte, et entre un homme vivant au Liban et sa famille en Jordanie.
    • Le CICR a établi 720 documents de voyage pour des réfugiés ayant obtenu l'autorisation de se réinstaller dans d'autres pays.
    • Au total, 575 messages Croix-Rouge ont été échangés entre des personnes se trouvant en Jordanie et leurs proches détenus en Jordanie ou dans d'autres pays.

  • Koweït

    Le rétablissement des liens familiaux au Koweït et dans les pays des membres du Conseil de coopération du Golfe

    Volunteers from the Kuwait Red Crescent take part in a group exercise during Restoring Family Links training.

    Le rétablissement des liens familiaux  ...

     

    Voir aussi

     

     

     

     

    Des volontaires du Croissant-Rouge du Koweït participent à une activité de groupe pendant une formation sur le rétablissement des liens familiaux.

    © Croissant-Rouge du Koweït

     

    La délégation régionale du CICR au Koweït, qui couvre les pays membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG), collabore avec les Sociétés du Croissant-Rouge de Bahreïn, du Koweït, du Qatar, d'Arabie saoudite et des Émirats arabes unis. Des services de rétablissement des liens familiaux sont proposés pour les familles dispersées par suite d'une migration, d'un conflit ou d'une catastrophe naturelle. Les personnes détenues dans ces pays ou dont la famille s'y trouve peuvent aussi en bénéficier.

    En 2014 :

    • 109 demandes de recherches de personnes disparues déposées par des familles ont fait l'objet d'un suivi, et dans 10 cas, le contact a pu être rétabli entre des personnes portées disparues et leurs proches, grâce au travail du Croissant-Rouge et du CICR ;
    • 273 messages Croix-Rouge ont été collectés et 194 ont été distribués ;
    • 193 visioconférences et appels téléphoniques ont pu avoir lieu entre des familles de pays du CCG et des personnes détenues dans d'autres pays, à Guantanamo notamment ;
    • 77 salamats (brefs messages oraux) ont été échangés entre des personnes détenues dans un pays du CCG ou ailleurs et leurs proches ;
    • 18 documents de voyage ont été établis par le CICR pour permettre à des réfugiés ou des apatrides de rentrer chez eux ou de se réinstaller dans un autre pays, et 10 780 attestations de détention ont été remises à d'anciens détenus.

    Le CICR et les Sociétés nationales du Croissant-Rouge organisent des formations conjointes pour leur personnel et les volontaires. Entre 2013 et 2015, six de ces ateliers ont été organisés avec les Sociétés nationales du Croissant-Rouge du Koweït, d'Arabie saoudite, du Qatar et de Bahreïn pour renforcer leurs capacités à fournir des services de rétablissement des liens familiaux.

  • Liban

    Le rétablissement des liens familiaux au Liban

    Families of missing persons in Saida meet for the first time during an ICRC information session.

    Voir aussi

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Des familles de personnes disparues sont réunies pour la première fois à Saida pour une séance d'information du CICR.

    CC BY-NC-ND / CICR / M. Matar

    • Entre janvier 2014 et mars 2015, 499 messages Croix-Rouge ont été distribués. La plupart ont été échangés entre des détenus au Liban ou dans d'autres pays et leur famille. Le CICR a également transmis 1 888 salamats (brefs messages oraux) entre des détenus et leur famille.
    • Le CICR a aidé 37 personnes apatrides originaires du Koweït – des bédouins qui avaient fui la Syrie pour trouver refuge au Liban – à régulariser leur situation auprès des autorités libanaises.
    • La délégation du CICR à Beyrouth a établi des documents de voyage qui ont permis à 39 réfugiés syriens et palestiniens de rejoindre leur famille dans un autre pays. À la demande du CICR, les autorités libanaises ont permis à 83 réfugiés de traverser le Liban avec des documents de voyage établis par le CICR pour aller se réinstaller dans un autre pays.
    • Le CICR a été contacté par les familles de 1 239 personnes pour que des recherches soient engagées dans d'autres pays, en Syrie principalement.
    • Depuis avril 2012, le CICR s'est entretenu avec 1 837 familles de personnes dont la disparition est en lien avec le conflit au Liban. Ces entretiens visent à obtenir des informations sur ces personnes disparues afin de savoir ce qu'il est advenu d’elles. En 2014, le CICR a enregistré les noms de plus de 600 personnes disparues supplémentaires.
    • En décembre 2014, il a organisé une réunion à Saida avec les familles des personnes disparues. Plusieurs organisations ont présenté les services qu'elles offrent, et les familles ont maintenant commencé à en solliciter certains.
    • Le CICR a formé 55 volontaires de la Croix-Rouge libanaise au rétablissement des liens familiaux, pour les aider à mieux gérer le nombre croissant de demandes générées par les mouvements de population et le conflit syrien.
  • Libye

    Le rétablissement des liens familiaux en Libye

    A man is reunited with his wife in Benghazi harbour on the arrival of an ICRC-chartered ship that had transferred people from Tripoli who were separated from their families by the 2011 conflict.

    Voir aussi

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Retrouvailles entre un homme et sa femme dans le port de Benghazi à l'arrivée d'un bateau affrété par le CICR pour transporter depuis Tripoli des personnes qui ont été séparées de leur famille par suite du conflit de 2011.

    CC BY-NC-ND / CICR / R. Waudo

     

    En 2014, le CICR a :

    • collecté 62 messages Croix-Rouge de civils et de personnes détenues (dont des migrants) et en a distribué 32 ;
    • transmis 35 salamats (brefs messages oraux) entre des détenus et leur famille ;
    • facilité 1 486 appels téléphoniques permettant de maintenir les liens familiaux, pour des migrants principalement ;
    • remis 6 documents de voyage à des personnes sans papiers dont la plupart devaient se réinstaller dans un autre pays et ne pouvaient obtenir de documents de voyage par la voie habituelle ;
    • régulièrement organisé des appels téléphoniques entre des familles libyennes et des détenus à Guantanamo ou en Afghanistan ;
    • géré 56 demandes de recherche de personnes disparues.
  • Maroc

    Le rétablissement des liens familiaux au Maroc

    Description

    Voir aussi

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les volontaires du Croissant-Rouge marocain posent pour une photo après une session de formation sur le rétablissement des liens familiaux.

     

    • Le CICR fournit des services de rétablissement des liens familiaux en collaboration avec le Croissant-Rouge marocain. Il s'emploie également à renforcer les capacités de la Société nationale dans ce domaine.
    • Le réseau de volontaires du Croissant-Rouge marocain gère actuellement 10 demandes de recherches provenant d'autres pays.
    • En 2014, le CICR a aidé à transmettre 10 messages Croix-Rouge et salamats (brefs messages oraux) entre des Marocains détenus dans d'autres pays et leur famille au Maroc.
    • Le CICR a également aidé les familles de personnes détenues à Guantanamo et en Afghanistan à garder le contact, en organisant 6 visioconférences.
    • En 2014, le Croissant-Rouge marocain a évalué les besoins en matière de rétablissement des liens familiaux dans le nord du pays. Le CICR lui a apporté son soutien. L'évaluation a été étendue à d'autres régions du pays en 2015. Cet exercice d'évaluation des besoins en matière de services de RLF a aussi été l'occasion de renforcer les capacités du Croissant-Rouge marocain à répondre à ces besoins.
  • Mauritanie

    Le rétablissement des liens familiaux en Mauritanie

    A young boy with a member of ICRC staff near the Malian/Mauritanian border before being reunited with his family in Mali after two years of separation.

    Voir aussi

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    À la frontière entre le Mali et la Mauritanie, un jeune garçon se prépare à retrouver sa famille au Mali, après deux années de séparation. Une employée du CICR l'accompagne.

    CC BY-NC-ND / CICR / A. Kane

     

    Le CICR s'emploie à fournir des services de rétablissement des liens familiaux avec le Croissant-Rouge mauritanien. Nos activités se concentrent à Bassikonou, à la frontière avec le Mali, où se trouve le camp de Mbera qui accueille les réfugiés maliens. Nous aidons également la Société nationale à développer ses services de RLF.

    Entre 2013 et 2014 :

    • 217 messages Croix-Rouge ont été collectés et 197 ont été distribués pour aider des personnes séparées de leur famille (principalement des détenus et des enfants non accompagnés) à rétablir le contact avec leurs proches ;
    • 33 appels téléphoniques ont été facilités, dont 12 entre des détenus à Guantanamo et leur famille ;
    • le CICR a transmis 95 salamats (brefs messages oraux) entre des détenus et leur famille ;
    • le CICR et le Croissant-Rouge mauritanien ont reçu 112 demandes de personnes recherchant des proches disparus, et ils ont pu retrouver la trace de 40 personnes ;
    • 18 enfants séparés de leurs parents ont été enregistrés, 3 ont rejoint leur famille avec l'aide du CICR et 14 autres ont retrouvé leurs parents par d'autres moyens ;
    • le CICR a transmis les noms de 76 détenus étrangers à leurs ambassades respectives.
  • Syrie

    Le rétablissement des liens familiaux en Syrie

    Syrian women hold up photos of their missing relatives.

    Voir aussi

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Des femmes syriennes montrent des photos de proches disparus.

    © Reuters.

     

    Depuis le début de la crise en 2011, le CICR a :

    • reçu plus de 5 000 demandes pour rechercher des personnes dont la famille est sans nouvelles par suite du conflit et dont 4 300 seraient détenues ;
    • établi et remis plus de 400 documents de voyage à des personnes qui ne pouvaient obtenir d'autres documents de voyage officiels pour se réinstaller dans d'autres pays ;
    • aidé 6 enfants et personnes vulnérables à rejoindre leur famille dans un autre pays, en Égypte principalement.

     

    En 2014, le CICR a :

    • transmis plus de 400 salamats (brefs messages oraux) et quelque 70 messages Croix-Rouge entre des personnes détenues en Syrie et dans d'autres pays et leur famille ;
    • reçu plus de 700 demandes à sa délégation de Damas concernant des détenus, des services de RLF et d’autres questions similaires ;
    • servi d'intermédiaire neutre pour faciliter le passage de plus de 60 étudiants du Golan occupé vers Damas et inversement.
  • Tunisie

    Le rétablissement des liens familiaux en Tunisie

    A man from Bangladesh who has fled the conflict in Libya calls his family from Choucha Camp, near the Libyan border, with the help of a Tunisian Red Crescent volunteer.

    Voir aussi

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un Bangladais qui a fui le conflit en Libye appelle sa famille depuis le camp de Choucha, près de la frontière libyenne, avec l'aide d'un volontaire du Croissant-Rouge tunisien.

    CC BY-NC-ND / CICR / S. Beltifa

     

    En 2013 et 2014, le CICR a :

    • reçu 103 demandes de recherche de familles dont des membres sont partis à l'étranger et n'ont pas donné de nouvelles ;
    • collecté 174 salamats (brefs messages oraux) de détenus pour les transmettre aux familles se trouvant dans un autre pays.

     

    En 2014, le CICR a :

    • organisé 26 visioconférences entre des détenus à Guantanamo et en Afghanistan et leur famille en Tunisie ;
    • collaboré avec le Croissant-Rouge tunisien pour que des migrants secourus par des gardes-côtes tunisiens puissent contacter leur famille ; 255 appels ont ainsi pu être passés.
    • Début 2015, le CICR et le Croissant-Rouge tunisien ont facilité 72 autres appels.
  • Yémen

    Le rétablissement des liens familiaux au Yémen

    Before the crisis started, ICRC tracing officer Mohamed Hersi met regularly with Somali nationals seeking refuge in Sana'a, to update them on the search for their relatives and gather news from the elders in the group.

    Voir aussi

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Avant le début de la crise, Mohamed Hersi, un employé du CICR en charge des recherches, rencontrait régulièrement les Somaliens réfugiés à Sanaa pour les informer de l'avancement des recherches concernant leurs proches et recueillir des informations auprès des plus anciens.

    CC BY-NC-ND / CICR / C. Martin-Chico

     

    En 2014, le CICR a :

    • collecté plus de 4 000 messages Croix-Rouge auprès de civils et de détenus, dont des migrants, et en a distribué plus de 2 500 ;
    • transmis 35 salamats (brefs messages oraux) entre des détenus et leur famille ;
    • facilité 281 appels téléphoniques entre des personnes se trouvant au Yémen et des proches détenus dans un autre pays, à Guantanamo pour la plupart ;
    • reçu 147 demandes de personnes du Yémen qui recherchent des proches dont elles sont sans nouvelles et qui pourraient, pour certains, être détenus ;
    • répertorié 888 personnes recherchées par des familles somaliennes vivant au Yémen, pour en diffuser les noms dans une émission de radio de la BBC consacrée aux personnes disparues et les enregistrer sur le site familylinks.icrc.org.